Pensée numéro 3

« Ce qui distingue d’emblée le pire architecte de l’abeille la plus experte, c’est qu’il a construit la cellule dans sa tête avant de la construire dans la ruche » K.Marx

Montrer son berlingot

Il ne faut pas avoir peur de ses idées. L’enjeu reste de les maîtriser. Des idées, trop d’idées. Il s’agit d’apprendre à les conceptualiser, les essouffler, puis les présenter. J’ai eu l’occasion de m’exprimer, j’ai montré mon berlingot.

Vous ne connaissez pas l’expression? C’est bien normal, je l’ai malencontreusement inventée. Pourtant, plus le temps passe, plus elle prend de sens.

Un matin, comme tous les matins à l’agence, arrive le jeu des 1000 euros sur France inter, présenté par le dynamique Nicolas Stoufflet. Perdu dans je ne sais quelle campagne cette fois-là, il interroge ses invités: « Expression comprenant le nom d’une gourmandise et signifiant montrer son pouvoir à un tiers ». Ni une ni deux, je ne sais quelle envolée de confiance me prit (j’avais jusqu’alors l’habitude de marmonner ces hypothèses dans mon écharpe) mais un puissant et affirmé -prétentieux aussi- « MONTRER SON BERLINGOT » s’échappe de ma pauvre bouche, encore toute émue par cette énergie improbable. C’est bien le mot. Tous les regards se tournent vers moi. Suivi de l’inévitable fou rire. Je n’avais pas besoin d’entendre la véritable réponse pour réaliser à quel point je venais de m’enterrer vivante. J’avais tendu le bâton, la perche, tout l’arsenal pour me faire battre. Montrer son berlingot, pfff, lächerlich!

J’ai cherché un sens à tout cela. Je n’ai rien trouvé. Il a fallu le créer. Depuis, montrer son berlingot c’est assumer, oser. J’ai même fini par le montrer. Ce qui nous distingue de l’abeille  la plus experte ce n’est pas uniquement le concept mais tout le travail d’introspection et de transcription. Une bonne idée doit s’exprimer correctement, sinon elle ne l’est pas, ou si peu. 

Réinventons donc le champ lexical architectural. On a déjà la charrette, le total look black, le cigarillo et ses amis ‘atypique’ et ‘saugrenu’. Désormais, il faut aussi compter sur le berlingot.

*la réponse qu’attendait monsieur Stoufflet était Tenir la dragée haute. Mais bon.

0 Réponses à “Pensée numéro 3”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




Stephanieczgz |
Talysma - Aurélie C |
La traversée |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Tatooooooo
| Kittysart
| Ene Txokoa